fbpx

Made in France: un mariage au poil entre La Brosserie Française et Biom Paris Chantres du Made in France et engagées dans des fabrications vertueuses, La Brosserie Française et Biom Paris s’associent pour donner une nouvelle visibilité à leurs produits de la salle de bain éco-responsables. C es deux-là étaient faits pour se rencontrer à la salle de bain ! C’est dans les salons du Made in France qu’ils se sont croisés. En 2012, Olivier Remoissonnet sauve une activité, la production de brosses à dents, promise à la délocalisation. Devenue le seul fabricant tricolore face aux majors, la Brosserie Française, à Beauvais (Oise), prend un virage à 180 degrés en appuyant sa marque Bioseptyl sur l’écocitoyenneté. Un concept à l’époque tout juste émergeant, qui permet une bonne maîtrise du cycle de vie du produit.

Ici, les brosses à dents sont d’abord conçues à partir de matières recyclées. Comme des coquilles Saint-Jacques de la Manche, et depuis peu du bois déclassé. La vente se passe ensuite essentiellement sur internet ; lorsqu’une brosse est usagée, elle est retournée à l’usine avec une enveloppe pré-affranchie ; son manche sert alors à en fabriquer un autre.

Elle aussi rêvait de « faire évoluer les industriels. » En 2016, Sandra Legel, une entrepreneuse de Lamorlaye (Oise), met du glamour dans les toilettes. Elle lance sur le marché une brosse dont la tête (anti-goutte !) est à base d’algues de Bretagne. Pour le manche, elle impose à son fournisseur, Plastitek à Bouttencourt (Somme), un cahier des charges très strict avec seulement des plastiques recyclés.

En quelques années, Biom Paris, sa société, s’est déjà s’imposée aux Galeries Lafayette Haussmann, dans plusieurs concept-stores à la mode, et même à La Réserve Paris, un hôtel 5 étoiles qui fait briller ses WC. Jetez-y un oeil, votre « balai à chiottes » a sans doute voyagé depuis l’Asie ! Comme La Brosserie Française, Sandra Legel a donc pris le pari de relancer un produit grand public, même banal, quasiment plus fabriqué dans l’hexagone. Le luxe en plus.

Le Made in France, c’est bien, encore faut-il trouver le débouché. Dans les ateliers de La Brosserie Française, se cache une production plus confidentielle. Celle des brosses à cheveux Tracia. Empoilées de délicates soieries de sanglier, cette gamme brille de bois précieux, comme le sappelli, l’olivier, le bois de rose. Mais ces stars du miroir se vendent moins facilement que les brosses à dents.

Avec « l’espoir d’un nouvel élan », la Brosserie Française a donc confié à Biom Paris la commercialisation de cette marque, dont le nom est inspiré du mot latin désignant le Thérain (Tracia), la rivière qui court à Beauvais. Un mariage de raison et de passion. Le patron de La Brosserie Française en est en tout cas persuadé : « Les produits hyper-marketés ont fait leur temps. Aujourd’hui, le consommateur cherche de vraies valeurs, des produits avec de vraies histoires derrière. »

La PME beauvaisienne compte désormais 50 000 foyers abonnés sur internet pour ses brosses à dents. Qui l’aurait cru il y a huit ans ? La société faisait partie des entreprises sélectionnées, les 18 et 19 janvier, pour le salon du Made in France à l’Elysée, pour lequel 1 750 entreprises avaient répondu à l’appel à candidature. « Une immense reconnaissance pour nos 32 collaborateurs », explique le fondateur de la Brosserie Française. La PME pourrait annoncer de nouveaux investissements d’ici l’été.

PASCAL MUREAU